Questions fréquemment posées à propos de la médecine esthétique et laser

1) A-t-on assez de recul sur les produits injectables (Botox et Acide Hyaluronique) ?

Dans le domaine médical, la toxine botulique (appelée couramment Botox) est utilisée à des fins thérapeutiques depuis plusieurs dizaines d'années pour soigner de nombreuses indications liées à l'action des muscles.


En esthétique, le Botox est autorisé depuis 2003. Le recul sur le produit est donc important et assure de son innocuité et de son efficacité. C'est un traitement simple avec très peu de suites ou d'effets secondaires.

 

L'acide hyaluronique est également utilisé en médecine depuis les années 70 en orthopédie. Une directive CE de 1993 encadrant les dispositifs injectables permet son utilisation dans le domaine de l'esthétique médicale. Il existe de nombreuses variétés d'acide hyaluronique, proposée dans différentes réticulations (viscosités) pour une utilisation allant de l'hydratation à la restructuration des volumes en passant par le comblement. Les acides hyaluroniques utilisés en esthétique sont des produits de synthèse résorbables avec très peu de risque d'allergie.


Le Botox est utilisé depuis longtemps en Ophtalmologie et Neurologie.

2) Une fois que j’ai commencé un traitement, suis-je obligé de continuer ?

Les traitements injectables permettent de « suspendre le temps ». Mais Le propre de ces produits esthétiques est qu'ils sont résorbables. C'est-à-dire que leur efficacité s'atténue au bout de quelques mois. C'est d'ailleurs ce qui leur confère leur sécurité. Pour maintenir l'effet obtenu il est donc conseillé de les renouveler régulièrement.


Bien entendu ce n'est pas une obligation. Si vous arrêtez le traitement, le temps reprend son cours. On aura retardé les effets du vieillissement pendant le temps des traitements effectués. Aucune aggravation du vieillissement n'est par ailleurs constatée si le traitement est arrêté.

3) Comment je sais si je dois revenir ?

La fréquence d'entretien d'un traitement des rides par injections de Botox est d'environ tous les 6 mois. Parfois les séances peuvent s'espacer un peu plus si l'on est traité depuis plusieurs années.

 

Concernant l'acide hyaluronique, les séances d'entretien se font généralement une fois par an mais tout dépend de votre âge. Avant 40 ans, les traitements de prévention ou de correction simple ne nécessiteront pas autant de suivi qu'après 40 ans, ou sinon il faut injecter plus de produit pendant la séance.

4) Pourquoi ne faut-il pas faire trop d’efforts après les injections ?

Après une séance d'injections de Botox ou d'acide hyaluronique, il faut laisser un peu de temps pour que les produits s'intègrent naturellement à la zone injectée. Les efforts trop violents sont à éviter car ils peuvent créer une inflammation qui dégraderait la qualité ou l'implantation des produits.
Pour les sportifs qui pratiquent des sports violents ou des sports de fond, il faudra également attendre quelques jours avant leur reprise.

5) Y-a-t-il des effets secondaires graves ?

Le risque le plus notable des injections est de toucher un vaisseau, ce qui peut avoir des effets secondaires graves. Il est donc primordial de s'adresser à un spécialiste qui a une bonne pratique des injections, de leur localisation et une bonne connaissance de l'anatomie du visage car une injection dans un vaisseau peut entrainer une nécrose.

6) Est-ce que l’Acide Hyaluronique est naturel ?

L'acide hyaluronique est un produit naturellement présent dans notre corps. C'est un constituant essentiel du NMF (Natural Moisturizing Factor ou facteur naturel d'hydratation en français) composé des substances entrant en jeu dans l'hydratation de l'épiderme et du derme. C'est dire son importance pour la souplesse, la qualité et la tonicité de notre peau. Malheureusement, le volume d'acide hyaluronique présent naturellement dans nos tissus diminue rapidement avec l'âge. C'est pourquoi on l'utilise beaucoup dans le domaine de l'esthétique médicale.


L'acide hyaluronique injecté est un acide hyaluronique de synthèse qui permet son maintien dans les tissus. Sa conception spécifique à l'esthétique lui permet aussi de durer plus longtemps et d'adapter sa constitution aux différentes zones à traiter.

7) Le botox est-il dangereux car c’est une toxine ?

La toxine botulique (le nom scientifique du Botox) n'est pas dangereuse lorsqu'elle est utilisée en esthétique car les doses injectées sont infimes. Son action myorelaxante localisée ne présente pas de risque pour le corps.


Par contre on peut retrouver de la toxine botulique dans les boites de conserves périmées et leur consommation est bien sûr déconseillée car elle pourrait engendrer le redoutable botulisme.

8) Est-ce que je dois m’arrêter de travailler ?

Pour le Botox, il n'y a pas d'arrêt de la vie sociale ou professionnelle. Vous pourrez reprendre immédiatement vos activités.

 

Pour l'acide hyaluronique non plus, il n'y a pas d'éviction sociale. Mais s'il s'agit d'une grande séance avec l'injection de nombreuses ampoules et surtout si c'est votre première fois, la séance peut être un peu éprouvante. Prévoyez donc 1 heure ou deux pour vous détendre avant de reprendre le travail.

9) J’ai un évènement important, quand prévoir les injections ?

Pour le Botox, il est préférable de réaliser la séance 2 semaines avant pour bénéficier pleinement de l'efficacité du produit qui est optimale au bout de quinze jours.
Pour l'acide hyaluronique, idéalement, il est toujours préférable de prévoir les injections environ deux mois avant un événement important pour que le produit soit bien intégré dans les tissus, que les effets soient patinés et que les éventuels hématomes soient résorbés.

10) Est-ce que je peux aller au soleil après les séances d’injections ?

Pour le botox, un temps d'attente de 4 heures suffit avant de reprendre une vie normale.


Pour l'acide hyaluronique, il est préférable d'attendre quelques jours avant de s'exposer à la fois à une chaleur trop intense et au soleil à cause des bleus qui pourraient pigmenter.
Pour les autres techniques de laser ou lumière pulsée, l'exposition au soleil est par contre à proscrire complètement pendant 1 mois après la séance. Et il ne faut pas arriver bronzé(e) le jour de la séance.

11) Laser nécessite-t-il un arrêt de travail ?

Les actes esthétiques ne sont pas pris en charge, il faut donc s'organiser pour prévoir un éventuel arrêt de travail après un traitement si celui-ci réclame une éviction sociale. Cela varie suivant le traitement. Toutes les consignes vous seront bien sûr expliquées en détail au cours de la consultation préalable.

12) Si je me fais injecter la bouche, est-ce que ça va se voir ?

La zone de la bouche est délicate et les injections sont réalisées de façon légère et adaptée surtout en ce qui concerne le volume des lèvres. L'effet obtenu est fonction de votre demande. Pas de panique si vous constatez le lendemain un petit œdème, c'est assez fréquent sur cette zone sensible. Il faudra 48h environ pour qu'il se résorbe et il ne devra pas vous inquiéter car il ne reflète pas le résultat définitif.

13) Est-ce que la 1ere consultation peut être remboursée ?

Tous les actes et les demandes esthétiques, même s'ils sont soumis à une consultation préalable, ne peuvent être pas pris en charge par la sécurité sociale. La première consultation ne peut donc pas être remboursée.

14) Questions à propos de l’épilation laser

L'épilation au laser est un acte fréquemment demandé en dermatologie esthétique. Nous lui avons donc consacré une page de questions réponses spécifiques : cliquez-ici pour la consulter.

15) Lentigos (taches pigmentaires) et soleil : combien de temps dois-je me protéger du soleil ?

Le traitement des taches pigmentaires contre-indique l'exposition au soleil pendant plusieurs semaines après la séance. Notamment par ce qu'il affecte le visage, on recommande d'ailleurs de réaliser le traitement plutôt en hiver qu'en été ce qui permet d'éviter le soleil plus facilement. Dans tous les cas et même en hiver, une protection par crème solaire indice maximal 50 est nécessaire.

 

Par extension, tous les traitements des taches brunes que ce soit par peeling ( comme dans le melasma), laser pigmentaire ou lumière pulsée impose une éviction solaire et une protection quotidienne pendant au moins 1 mois afin d'éviter la stimulation des cellules pigmentaires qui entretiennent cette hyperpigmentation.

16) La cryolipolyse fait-elle maigrir ?

La cryolipolyse est un traitement localisé contre les surplus graisseux locaux. Malheureusement elle ne fait pas maigrir mais elle est très efficace sur des petits bourrelets indélogeables lorsque l'on a son poids de forme. C'est pourquoi on recommande la cryolipolyse pour les personnes qui ne sont pas en surpoids mais qui on des difficultés à perdre de la graisse localisée malgré le sport.

 

La cryolipolyse peut aussi être utile après un amaigrissement suite à un régime afin de remodeler la silhouette, mais il faut être certain d'avoir stabilisé son poids durablement sinon son effet sera perdu en cas de reprise de poids.

17) Il parait que l’on peut effacer les tatouages avec le laser ?

Il existe des lasers de détatouage dont la longueur d'onde permet de briser les pigments pour les effacer. En pratique c'est souvent plus compliqué car les lasers ne sont pas efficaces sur toutes les couleurs des tatouages. On peut faire disparaitre les tatouages surtout lorsqu'ils sont noirs mails il faut de nombreuses séances et beaucoup de patience surtout si les tatouages sont de grande taille.

18) Le laser est-il dangereux pour les yeux ?

Le laser émettant un puissant faisceau lumineux, les yeux doivent impérativement être protégés pendant la séance à l'aide de lunettes spécifiques ou de coques. C'est toujours un réflexe et une obligation au cabinet au sein duquel toutes les précautions sont prises pour une sécurité optimale.

19) Y a-t-il des précautions particulières à suivre avec la Covid-19 pour les injections ?

Les injections d'acide hyaluronique sont à éviter 15 jours avant et après la vaccination pour la première et la deuxième dose afin d'éviter toute stimulation immunologique.

20) Y a-t-il des actes esthétiques ou laser à éviter en été ?

Tous les traitements de « surface » de la peau qui peuvent toucher sa pigmentation comme les peelings, les lasers pigmentaires, le laser Co2 factionné, le détatouage sont à éviter l'été pour ne pas créer une stimulation pigmentaire liée à l'exposition au soleil.


Pour l'épilation laser, il faudra éviter toute exposition pendant au moins 15 jours après la séance.

21) Les injections sont-elles douloureuses ?

Les injections ne sont pas indolores mais elles ne sont pas non plus douloureuses !


Avec le Botox, on ne sent presque rien car les injections sont rapides et réalisées avec des aiguilles très fines.


Les injections d'acide hyaluronique, suivant les indications et les zones, peuvent être ressenties différemment. Mais le tour de main du médecin, la confiance du patient et une crème anesthésiante, font en sorte que tout se passe au mieux.


A noter aussi que le laser épilatoire ne doit jamais être douloureux sinon c'est que le réglage est trop fort.

22) Pourquoi les célébrités qui ont les moyens d’avoir les meilleurs médecins sont-elles de si mauvaises vitrines ?

Pour plein de raisons mais quand les célébrités sont bien injectées on ne le décèle pas !

 

A 57 ans, Sharon Stone lève un tabou et parle ouvertement de la médecine esthétique : "Les injections d'acide hyaluronique m'aident à me sentir bien dans ma peau" affirme-t-elle dans les colonnes de Paris Match.


"Il s'agit donc de démontrer qu'il est possible d'obtenir des résultats quasi imperceptibles, dans la subtilité et le naturel, pour être tout simplement la même en mieux. L'idée est de paraître plus fraîche et de gagner ainsi quelques années. La plus légère des corrections peut booster la confiance en soi"
https://www.premiere.fr/People/Sharon-Stone-et-la-chirurgie-esthetique-ses-aveux

 

Certaines célébrités vieillissantes ou de nouvelles stars de télé réalité ont recours à la médecine esthétique de façon volontairement sur-corrigée car elles préfèrent que l'on parle d'elles plutôt que pas du tout.

 

Certaines personnes multiplient aussi les injections. Elles tombent dans l'excès, se font trop injecter et perdent la notion de réalité. Ce phénomène appelé dysmorphophobie qui consiste à traquer le moindre défaut est bien connu des médecins spécialistes de l'esthétique. Il est de leur devoir de discerner cette éventuelle tendance chez leurs patient(es) de les conseiller et de les rassurer afin que leur traitement reste tout à fait naturel.

 

Il ne faut pas perdre de vue que tout l'art de la médecine esthétique consiste à injecter l'origine du vieillissement et non sa conséquence immédiate. C'est maintenant la pratique couramment admise dans les cabinets médicaux et c'est la garantie d'un traitement qui donnera des résultats naturels tout en préservant la personnalité de chacun.

FAQ en médecine et dermatologie esthétique | Dr Baratte à Lyon