Présentation de l'épilation définitive : cycle pilaire et lasers épilatoires
Accueil esthétiqueAccueil esthétiqueAccueil laserAccueil laserAccueil cabinetAccueil cabinetAccueil LEDAccueil LED

<

>

Présentation détaillée de l’épilation laser

L’épilation laser pourquoi ? pour qui ?

L'épilation laser : pour toutes celles qui veulent s'offrir le luxe inouï de ne plus penser aux poils, de pouvoir aller à la piscine sans réfléchir, de mettre un top sans manche sans anticiper, d'aller à un rendez-vous très détendue, mais surtout pour soi, pour le plaisir d'être nette tout le temps.

 

Pour toutes celles qui en ont assez des poils sous la peau qui font des boutons et laissent des marques sur les jambes au niveau du bikini.

 

Pour celles dont la pilosité faciale est un vrai handicap, un mal-être alors que tant de femmes sont concernées.

 

Et aussi pour les hommes qui veulent réduire la pilosité du dos ou du torse et pour les sportifs qui transpirent en vélo et qui ont leur maillot qui les gratte quand le poil repousse après avoir été rasé.

 

En bref pour tous celles et ceux qui en ont envie !

L’épilation laser comment ça marche ? « fiche technique »

Le laser c'est de la lumière ! Mais chaque laser est une lumière très spécifique d'une cible.

Dans le cas de l'épilation, le laser a pour cible la couleur brune ou noire du poil. Envoyé sur la peau, cette lumière va se concentrer sur le bulbe du poil, se transformer en chaleur et le détruire.

 

On comprend maintenant pourquoi le laser n'est pas actif sur les poils blancs ou blonds, et moins actif sur les poils roux.

 

Bien sûr, une seule séance n'est pas suffisante car le poil va se régénérer avant d'être totalement détruit et cela en fonction de son cycle pilaire.

Le cycle pilaire

Le poil passe par trois phases :

 

1) une phase de formation dite anagène où le bulbe est très sensible à la lumière laser, donc la séance très efficace,

2) une phase intermédiaire dite catagène pendant laquelle le bulbe est un peu moins réceptif,

3) et une phase dite télogène où le poil tombe.

 

Chaque personne a des poils répartis entre ces trois phases mais l'espacement des séances laser est calculée de manière à synchroniser les poils pour qu'ils repoussent tous ensemble et soient donc plus sensible au laser (en phase anagène).

 

Cette repousse est variable en fonction des différentes zones du corps : c'est donc ce qui rythme au départ vos rendez-vous !

Ils sont plus rapprochés au niveau du visage (environ un mois au début) car c'est une pilosité hormono-dépendante, toutes les six à huit semaines pour les aisselles et le bikini, deux mois pour les demi-jambes, trois mois pour les bras ou le dos.

Si les séances ne suivent pas ce rythme, aucun caractère de gravité ou d'inefficacité mais on essaie toujours d'optimiser, afin d'avoir une épilation définitive le plus rapidement possible.

Les différents lasers épilatoires

Il y en a trois essentiellement :

 

  • Le laser Alexandrite, la Rolls des lasers qui est utilisé sur peau claire et non bronzée.
  • Le laser ND-Yag qui a l'avantage de pouvoir épiler les peaux mates ou bronzées et dont la profondeur de pénétration est plus importante. Intéressant pour les zones où le bulbe est profond.
  • La diode laser, moins employée.

 

La lumière pulsée ou lampe flash n'est pas un laser. Son efficacité bien que réelle est moins importante et le risque de brûlure en revanche est lui plus important car son émission de lumière est instable.

 

Auteur de l'article : Docteur Isabelle Baratte.